Bloody Mamy

Bloody Mamy

Chose promise, chose due! Voici donc le début d’une autre nouvelle à suspense: Bloody Mamy.

 

« C’est la fin pour votre maman, encore quelques jours tout au plus.

– Est-ce qu’elle souffre ?

– On lui donne régulièrement des doses de morphine mais je crois que ça ne suffit plus. Avec un cancer comme le sien, c’est très douloureux. Je suis désolée. »

Et la famille s’éloigne en pleurs. L’infirmière regarde encore une fois dans la chambre puis s’en va.

« Ah tiens, bonjour madame Krisgovia. Je ne vous avais pas entendu. C’est bien triste pour cette gentille madame Bignat. Mais il semble que ce soit la fin. Ce serait bien d’aller lui dire au revoir. »

Je déteste ce moment-là de la vie à la résidence. Et le ton de voix du personnel. Toute cette pitié, c’est moche.

Je l’aime beaucoup madame Bignat. Elle est arrivée il y a cinq ans après le décès de son mari. Elle détestait l’idée de vivre dans la maison où il était mort et elle voulait vivre entourée de monde. Elle est parfois ma partenaire au Scrabble. Une dame douce et si gentille. C’est pas juste . Le cancer est un fléau pire que la peste noire du 14ème siècle. Et je sais de quoi je parle, j’y étais. En quelques jours, on souffrait et on mourrait. Avec ce foutu cancer, on souffre plus du traitement que de la maladie au début, puis on souffre des semaines voire des mois avec souvent aucun espoir de guérison. Heureusement que je suis là pour soulager toute cette souffrance, parce que leur morphine, c’est pas terrible et ça prend du temps.

Ma méthode est plus douce, plus efficace et induit un état de bien-être mental que la morphine ne possède pas. Les gens s’en vont du rêve plein la tête, et moi je me nourris pour quelques mois au passage. Une vraie symbiose. Mais c’est souvent très dur pour moi mentalement quand je vois les familles en pleurs après. Pfff, foutue vocation…

J’entre doucement dans la chambre en tapotant à la porte. Sa fille, restée près d’elle, lève la tête, les yeux baignés de larmes.

« Oh Irina ! C’est gentille de passer la voir. Merci. Elle vous aime tellement !

– C’est rien. C’est normal. Je peux faire quelque chose pour vous ?

– Si seulement elle pouvait ne plus souffrir ! C’est plus dur de savoir qu’elle souffre que de se dire qu’elle meurt. Elle n’aurait jamais accepté de finir comme ça. Et malgré les sédatifs, je vois bien qu’elle souffre. Rien ne la soulage plus suffisamment longtemps. »

 

Et elle sort à son tour de la chambre en pleurs. Ma partenaire de scrabble est étendue dans son lit, livide et le visage tiraillé par la douleur. Dans les quelques moments où elle est encore consciente, elle arrive à esquisser un petit sourire aussi vite tordu par la souffrance. Et elle me regarde en souriant, plutôt contente de savoir qu’elle va mourir : « Je vais enfin rejoindre mon Germain, il m’a tellement manqué toutes ses années. »

Je m’approche doucement de son lit et lui pose un petit bisou sur le front ! Elle est brûlante de fièvre. Je m’écarte un peu trop brusquement sûrement car elle ouvre les yeux. Et elle est parfaitement lucide !

 

« Oh, ma douce Irina. Aide-moi, je sais que tu en ai capable. Mon corps se consume de l’intérieur et cette douleur est plus dur à supporter que toutes les tortures connues réunies. Il faut que tu utilises ton pouvoir sur moi, je sais que tu as déjà aidée Blanche et Thérèse. Fais ça pour moi, je t’en supplie !

– Je ne vois pas de quoi tu parles. Et puis, tu as encore du temps devant toi !

– Non, Irina, je vais mourir dans quelques jours, peut-être plus, et dans une souffrance horrible. Ce soir, j’ai toute ma famille près de moi, on se dira au revoir. Et cette nuit, tu viendras me dire au revoir à ta manière. Promets-le moi, je t’en supplie. Ne me laisse pas partir comme ça.. .

– C’est promis, Astrid. »
Je la laisse seule et reste près de sa porte un instant, puis je pars vers ma chambre.

 

 

La suite, la suite, … Un peu de patience mes petits agneaux!  Hi hi hi…

 

Et surtout, on n’oublie pas de commenter et de partager!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *