Alerte à Maliboue

Alerte à Maliboue

Ce soir,  je vous dévoile (attention les yeux!) un autre de mes « talents ». L’écriture! Alors, pour vous mettre l’eau à la bouche concernant un « petit » projet,  voici les premières lignes d’une nouvelle.

 

« Il est 23h42. Le chemin de terre qui mène à la grange est sombre et boueux. C’est pas le
moment idéal pour sortir mais cette vache hurle à en briser les vitres. Elle n’a vraiment
pas choisi son soir pour faire naitre son veau celle-là. Il fait trop froid, le brouillard n’a
jamais été aussi dense et avec cette rumeur d’épidémie mortelle dans le village voisin,
n’importe qui rodant dans les environs est suspect.

J’avais toujours dit à la mère que j’aurai dû paver ce chemin. C’est trop boueux lorsqu’il
pleut, ça glisse quand il gèle et ça fait une poussière monstre lorsqu’il chauffe. Mais non,
c’est tellement mieux de dépenser du fric dans des aménagements intérieurs pour le
confort de Madame que pour me faciliter le boulot. Et tout ça pour quoi, rien parce que
ça fait une semaine que la mère, elle est pas rentrée de son w-e chez sa sœur et qu’elle
donne pas de nouvelles. Qu’elle fasse sa sale gueule dans son coin, moi j’ai autre chose à
faire que de m’inquiéter pour cette sale peau.

Et donc, je suis là comme un con à patauger dans la boue jusqu’aux genoux et dans le
noir, pour aller délivrer c’te vache de son petit. En arrivant dans la grange, les pattes du
veau sont déjà sortis et c’est pas le reste qui va glisser tout seul. Faudrait que j’appelle le
véto mais vu le temps et la situation, il ne viendra pas ou alors trop tard. Je suis seul
avec ma vache et son veau coincé. D’accord, elle doit morfler avec ce petit mais elle
gueule tout de même plus fort qu’une autre dans le même cas. Et elle gueule
bizarrement. Je sens bien que quelque chose cloche mais pas moyen de savoir et là, la
priorité c’est de sauver la vache en libérant le veau.

J’y attache une corde aux pattes du petit et fait passer la corde par au-dessus la poutre de
la grange. Et je tire de toutes mes forces pour sortir le veau. Mais c’est qu’il est déjà bien
costaud le p’tit con. Et la pauv’ vache ne tient pas la pression, le petit passe en déchirant
sa mère sur toute son intimité. Elle hurle une dernière fois à t’en hérisser les poils de cul
et s’écroule à côté de son veau dans une mare de sang visqueux et fumant. Je réchauffe
le p’tit en le frictionnant avec de la paille. Faudra aussi penser à le nourrir au biberon.
Fait ch… Encore du boulot supplémentaire.

Le petiot tente de se lever sur ses pattes pas plus grosses que des bâtons de brosse et v’là
qu’il se mets à gueuler pareil que s’mère. Mais qu’est-ce qui z’ont ses bestioles? Déjà
hier matin, c’était les piafs qui piaillaient sec en passant au dessus de l’baraque. Et les
chiens des environs ont tous désertés le coin la semaine dernière. En même temps que le
début de l’épidémie du village voisin! Bizarre… »

 

J’attends vos commentaires et vos appréciations!

Bises et bonne lecture!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *