Le Pass et les Oursons

Le Pass et les Oursons

Cette année, pour la famille Ours, les grandes vacances furent synonymes de découvertes. Nous n’avions pas les moyens de partir en location ni en Belgique, ni à l’étranger donc nous avons accès les vacances sur de petites activités de découvertes: nature, sciences, sport, et paysage. Nous avons été chez mon frère dans les Ardennes où les enfants ont pu jouer dans sa piscine extérieure, nous les avons emmené au centre Marcel Marlier à la découverte de Martine, l’héroïne de mon enfance, ils ont fait de longues balades à vélo avec Papa Ours, nous sommes allés profiter de joyeux dimanches matins à la piscine, nous avons aidé au déménagement de mon frère aîné, et clou du spectacle, nous sommes allés au Pass’ et à Pairi Daiza!

Aujourd’hui, je vais vous parler de notre journée au Pass’. Nous y sommes allé fin du mois d’août. La journée s’annonçait chaude sans être étouffante. Pas de pique-nique encombrant sur le dos, juste une petite gourde d’eau et quelques biscuits pour le goûter et nous voilà parti.  Avec 45 min de route vers 10h du matin, les Oursons n’ont pas le temps de tomber endormis et sont au paroxysme de leur agitation à notre arrivée sur le parking. Que dis-je sur l’immense parking.

Pour arriver juste qu’au Pass’ en lui-même, on traverse une grande plaine. Le centre de l’exposition se situe dans les anciens bâtiments d’un complexe industriel de charbon reclassé et rénové en musée interactif. A l’intérieur, attention les yeux, vous êtes sur le plateau supérieur du site et il vous faut descendre (sur un tapis roulant) pour accéder au début des différentes expos. A l’entrée, après avoir validé vos tickets (achetés moins chers en ligne sur le site web du Pass’) ou achetés vos billets à l’accueil, vous êtes dirigés vers le point infos pour y découvrir les différentes expos et activités possibles du moment. A ce point Infos, plusieurs casiers métalliques sont à votre disposition en consigne pour y ranger vos manteaux ou sacs à dos un peu trop lourd (étant en été au moment de notre visite, j’avoue de pas m’être renseigner sur les prix des consignes).

Et enfin le parc s’ouvre à vous! Pas de parcours spécifique à suivre. Avancez au gré de vos envies et suivez le chemin où vous mène vos pas. Le Petit d’Homme en quête permanente du haut de ses 9 ans a voulu commencer par le parcours Acrobat’ et comme ni ses frères ni moi ne pouvions l’y suivre, c’est Papa Ours qui a joué les singes dans les filets…

 

Puis nous avons parcouru le site en essayant de battre Usain Bolt au sprint dans l’ère des sports, nous avons jeté un coup d’œil rapide sur la partie Découverte du Corps Humain (les Oursons ne sont pas fans comme maman) et nous sommes allés dîner.  Bon, on est d’accord les petits snacks dans ce genre d’endroit ne sert pas nécessairement de la grande gastronomie et n’offre pas un choix pantagruélique. Alors ce jour-là, nous avions le choix entre un quart de pizza, une lasagne, un sandwich (jambon ou fromage) et un bol de soupe. Et pas forcément en grande quantité ni pour un prix très démocratique. Bon, ce sont les vacances, on ne compte pas vraiment et puis le cadre est agréable. Seul bémol, et finalement c’est ce que je trouves le plus important, c’est que l’une des deux dames qui servaient au comptoir du snack n’était pas plus amicale qu’une porte de prison. Mais bon, on est pas là-bas pour se faire des copines.

Le repas terminé, on s’active pour se diriger vers l’une des activités pour laquelle nous nous sommes inscrit: le planétarium gonflable. On ne sait pas du tout à quoi s’attendre au moment où l’on grimpe les volets d’escalier pour arriver jusqu’au grenier du musée. Le guide nous invite à enlever nos chaussures et nous explique qu’il va falloir ramper un peu à quatre pattes pour entrer dans le dôme gonflable. Nous voilà donc sur le dôme de toile avec en son centre un tout petit pupitre et un très gros projecteur d’étoile. Notre guide nous emmène dans notre belle Voie Lactée ainsi que dans sa bordure. Il est passionné et explique clairement à force de maints détails et de très belles légendes. Les enfants sont fascinés (peut-être un peu long pour Bouh et Polochon) et Papa Ours et moi sommes scotchés et ravis d’en avoir appris autant.

 

Nous poursuivons notre visite avec l’exposition sur l’énergie (ses différentes formes) et les utilisations au quotidien. Et là, je les perds tous les quatre. Devant eux s’ouvre un large espace d’expérimentation en tout genre fait de courtes vidéos, de machines presque toutes sorties de l’esprit tortueux de Doc dans Retour vers le futur et de sons et lumières hypnotiques: des manivelles pour allumer des arbres à ampoules, des boules géantes d’électricité statique façon Dark Sidious, un disque d’ACDC qui s’active en tournant un tourne-disque à la main, des puces et insectes mécaniques dans une boite aux gants types manipulation radioactive! Des étoiles brillent dans leurs yeux et ils courent dans tous les sens, touchent à tout et expérimentent. Des gamins le matin de Noël…

 

 

 

 

 

 

 

Puis vient la zone d’exposition suivante et là encore, les Oursons sont surexcités et courent partout. Nous entrons dans la Waouh Zone. Là, nous allons jouer avec les sons, les lumières et les graphismes. Un vrai spectacle de sons et lumières: une barre de navire nous emmène dans un monde sous-marin fantastique fait de pixel, lumières et monstres bizarres, des bulles de lumière tombent ou s’enfuient en fonction de l’approche ou non des enfants, un mur de béton s’illumine de graphismes géométriques au rythme des cris et des chants des Oursons dans une sorte de corne de brumes futuriste et enfin, un mur décoré de stickers style machine industriel s’illumine de rayons d’électricité, de bulles et chante , fait du bruit et émerveille toujours plus les enfants.

 

 

 

 

 

 

 

L’heure de reprendre la route se profile, une dernière halte sur le plateau de l’exposition des comètes où les Oursons jouent avec une tablette géante. Mais le sujet est un peu trop complexe pour eux et ils décrochent. On termine la journée par un petit café au snack du musée pendant que les enfants jouent dans la plaine de jeux en fins graviers blancs.

Une merveilleuse journée s’achève et les Oursons s’écroulent les yeux pleins d’étoiles sur la banquette arrière de la voiture.

 

 

 

 

 

Infos pratiques:

Lieu: 3, rue de Mons à 7080 Frameries en Belgique.

Horaires: de 9h à 16h en semaine et de 10h à 18h le week-end. Maintenant, le mieux est de vérifier avant votre visite. Les horaires peuvent changer en fonction des vacances scolaires.

Tarifs: 15 € pour les adultes (plus de 18 ans), 10€ (de 6 à 18 ans) et gratuit pour les moins de 6 ans. Une réduction de prix est appliquée pour les achats de billets en ligne.

Il existe également une formule B-Excursion de la SNCB (train + bus + entrée)et à savoir que le parking sur place est gratuit.

Les expositions sont en perpétuels mouvement et ne restent que quelques mois et c’est donc chaque fois une nouvelle expérience à vivre.

Site web: www.pass.be

 

Et voilà mes petits loups, vous savez tout sur notre journée au Pass’. J’espère que ça vous a plu ou au moins donné l’envie d’y aller.

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *