Les Petits Papiers

Les Petits Papiers

S’il y a bien un domaine qui est utilisé un peu à tort et à travers, c’est bien le papier et ses dérivés.

Depuis le début de notre aventure zéro déchet, c’est un domaine que l’on essaye de juguler du mieux  que l’on peut. Il faut dire qu’entre les mouchoirs en papiers, les serviettes de tables pour les annif ou les repas de fête, les serviettes hygiéniques (MES serviettes puisque je suis la seule a en utiliser), les essuies-tout, les publicités, les factures, les cours des enfants, les nombreux livres que je lis, … Il y a de quoi lutter ^^

A l’entrée et en particulier sur la boite aux lettres, une magnifique et très grande (certains facteurs ont souvent des problèmes de vue pour ne pas le voir) affichette Stop Pub. Pour être sûre d’être comprise, le mien est en trois langue: néerlandais (geen pub), français (pas de pub) et anglais (no pub). Parce que soyons honnête, les pubs ne servent qu’à nous inciter à consommer toujours plus de choses dont nous n’avons pas besoin. Quand j’ai besoin d’acheter quelque chose, je me renseigne sur le net ou je fais un repérage dans certains magasins.

Concernant les courriers adressés personnellement par des marques ou grandes enseignes, si je ne souhaite plus recevoir leur dépliant publicitaire, je les contacte personnellement. Parfois ça marche et parfois non. Un grande enseigne de supermarché (orange et grise avec des rayons façon entrepôt) a adapté la chose en donnant la possibilité grâce à leur carte de fidélité de ne plus recevoir leur différent dépliant. J’apprécie grandement !

Pour les factures, le mieux c’est de les demander en version électronique. De grandes entreprises le font déjà : gaz, électricité, téléphonie, même la banque s’y met. Un dossier de sauvegarde n’est parfois plus nécessaire les firmes le font pour vous dans votre espace client.

Et encore une farde à recycler pour la rentrée !

Changement de décor, la salle de bain. Attention, c’est du lourd. Ici, on retrouve les cotons démaquillants, les lingettes bébés (ouf les Oursons sont grands et n’en utilisent plus), mes protections menstruels, le papier toilette…

Et là, oh miracle, il n’y a plus de poubelles dans notre salle de bain depuis presque 2 semaines! J’ai remplacé les cotons démaquillants par des disques démaquillants fait maison (le DIY est ici). Très pratique avec un peu d’eau ou d’huile végétale de votre choix, hop dans un filet de lavage et à la lessive avec les essuies. Je ne me maquille pas vraiment beaucoup et comme j’utilise une gamme de produits (BOHO Green), le démaquillage se fait assez rapidement.

Restons dans l’univers féminin avec mes protections menstruels. Jusqu’à présent, je n’utilisais qu’exclusivement les serviettes de la marque Natracare. Certifié bio et compostable, elles n’ont aucun parfum ni ne me donne aucune irritation, échauffement ou infection. Pour le compost, c’était pas gagné. J’avais pas trop envie de voir mon chat sortir mes protections dehors du compost, donc elles allaient à la poubelle mais en sachant que ce n’était plus vraiment un déchet irréfléchi. Depuis quelques mois, j’ai sauté le pas du lavable avec des protèges-slips fait maison en éponge et tissu pour les jours de début et de fin de cycle. Pour les jours suivants, des protections lavables trouvés dans ma petite épicerie vrac (Court-Circuit). Et pour les deux grosses journées de flux très abondants dont Mère Nature m’a gratifié, j’utilise toujours des protections Natracare.

Et enfin, THE papier de la salle de bain! Le papier toilette! Alors lui, c’est LE point épineux du bilan papier de la maison… Impossible pour Monsieur de passer au lavable! Donc on garde notre brave rouleau de PQ mais du papier toilette, bio et biodégradable. Le seul hic et c’est somme toute une des aberrations du bio, c’est le film plastique qui entoure les 6 rouleaux collé-serré ensemble. Alors il existe bien des boutiques de vrac qui propose d’acheter le PQ au rouleau (mais la seule que j’ai trouvé vend des rouleaux de PQ de la marque au trèfle avec son rouleau Aqua-tube, le PQ pas top top pour l’environnement). Je garde donc mon PQ bio et son petit plastique (l’un des rares de la maison) et je compost le rouleau.

On continue le périple de la maison sans papier jetable et on arrive dans la cuisine et la salle à manger. Ici, on retrouve entre autres: les essuie-touts, les serviettes de tables, les mouchoirs, ou le papier sulfurisé.

C’est finalement le domaine le moins compliqué à gérer… Pour les mouchoirs, j’ai racheté des mouchoirs en tissus sympas pour les Oursons, mais on garde quelques boites de mouchoirs en papier compostables pour les cas de crises de gros rhumes collectifs (hygiène ou poubelle, il faut choisir).  Pour les essuie-touts, j’ai tout remplacé pour deux boites à chaussures remplis de lingettes en micro-fibres qui me servent tant pour ramasser les éclaboussures, les verres d’eau renversés, nettoyer la table après les repas ou faire les poussières (on change de lingettes entre deux bien sûr).

Les serviettes de table n’étaient pas quelque chose que nous utilisions souvent sauf en cas de repas de famille, de goûter d’anniversaire ou de petite pause café et visite familiale. J’ai donc dit au revoir aux jolis serviettes en papier pleins de jolis décors et je me suis mise en chasse de jolies serviettes en tissus. Aie mon porte-feuille! Vu les prix, il a fallu rusé et j’ai finalement acheté de grand essuies de vaisselle que j’ai coupé en quatre (cousu les bords, cela va de soi) et voilà de très jolis serviettes de table pour toute la famille et pour les jours de fête. Les enfants les ont de suite adopté, ce fut un peu plus long pour Papa Ours mais finalement, il trouve ça plus sympa et moins agressif pour la peau toute douce et toute tendre de son beau visage.

Pour le papier sulfurisé, je l’ai remplacé pour certaines choses par des plaques en silicone (oui, beurk, je sais) le temps de trouver des plaques de cuisson plus plates à cheminer de beurre et farine pour la cuisson de cookies, sablés et autres douceurs pour le goûter des enfants.

 

Il reste un domaine dans notre famille qui consomme pas mal de papiers, c’est mon job de prof ainsi que les études de Papa Ours. Nous n’avons pas encore trouvé de vrais solutions. Papa Ours entame sa dernière année de cours et pour ma part, je ne photocopie que les notes de cours qui sont vraiment essentielles. On utilise beaucoup les formats informatiques mais il y a encore des efforts à faire. Un petit pas à la fois. Quant à ma bibliothèque et celles des Oursons, je recherche d’abord à trouver les livres que je souhaite en occasion et puis ceux que nous ne lisons plus partent soit à la bibliothèque municipale, en prêt dans la famille ou pour une autre vie en vente d’occasion. J’ai bien essayé de lire sur tablette ou liseuse numérique mais j’aime tant et tellement cette sensation de tourner les pages, de scruter mon avancement avec la position de mon marque-page et l’odeur des livres que je reste fidèle à la lecture papier. Et honnêtement, la lumière émanant des écrans me donne vraiment très mal aux yeux et à la tête (entre le papier ou le dafalgan, je choisis le papier, ça sent meilleur).

 

C’est la fin de ce petit tour des papiers dans notre tanière…  J’espère que ça vous a plu, et que votre chemin vers une vie plus verte se trouvera faciliter par mes petites contributions.

A bientôt les petits loups ! Et n’oubliez pas de partager et de commenter!

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 réactions au sujet de « Les Petits Papiers »

  1. trs bonnes idées pour le quotidien et j’aiemrais amené ma petit pierre à l edifice parceque la papier recyclé cela me tient à coeur. dans mon metier de créateur de faire-part j’essaie d’avoir une démarche éco-responsable et je n’utilise que du papier recyclé ou du papier issu de forêts gérées. Ce n est peut être pas grand chose, mais je peux le constater, les futurs mariés sont de plus en plus demandeurs de respect de la nature et cela c est plutôt encourageant !

    1. Un papier à la fois, une pièce par mois. Le tout c’est de s’y mettre sans pression! Une fois qu’on a trouvé l’alternative qui convient, c’est mieux d’attendre que l’habitude de l’utilisation s’installe avant de changer autre chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *