Ma salle de bain zéro déchet.

Ma salle de bain zéro déchet.

Aujourd’hui, je vous fais entrer dans ma salle de bains… Hé oui… Bon, ne vous imaginez pas des choses, petits coquins, ma salle de bain n’a rien d’idyllique. D’ailleurs, je ne l’aime pas. Ou plutôt je ne l’aimais pas beaucoup jusqu’il y a peu.

Pour plusieurs raisons, je n’aime pas beaucoup ma salle de bain. Oui, bon, j’ai choisi les faïences murales avec Papa Ours, j’ai choisi la vasque et les armoires pour y ranger tout mon bazar à l’époque de notre emménagement, j’ai acheté moi-même mes services chez le grand commerçant suédois.

Mais je n’aime pas ma salle de bain. Et pour cause! Elle est minuscule. Si, si. Imaginez… vous ouvrez la porte, attention à la marche (oui, oui, il y a une marche, une idée lumineuse de l’architecte je suppose avec une différence de niveau dans la salle de bain). Et juste sur le bord de ce petit niveau, regardez à votre droite, c’est le lavabo. Devant vous, vous posez apercevoir une « magnifique » baignoire blanche avec un très joli coup tout noir dans l’émail et tout juste assez longue pour mes gambettes (je précise que je mesure 1m72 et que Papa Ours mesure 1m97). On en rigole souvent mais c’est juste impossible de se noyer dedans… (oui, on a des discussions bizarres, on le sait et on s’en fout ^^). Au-dessus de la baignoire, admirez la jolie toute petite fenêtre et son appui de fenêtre où trône une pauvre plante au milieu dans jouets de bain des Oursons. Et sur votre gauche, le pire du pire (surtout quand on a des enfants), le WC!!!!

Alors, ça peut paraître pratique le WC dans la salle de bain. Mais seulement et seulement si, vous avez un autre WC de disponible dans un autre endroit de la maison. Chez nous, qui vivons à 5 et qui plus est avec une salle de bain qui mesure 2m sur 2m, le WC est un horreur digne d’un Hitchcock.

Aucune intimité, aucune possibilité de se relaxer, d’être seule, de pouvoir prendre son temps. Et bonjour le lâcher prise lorsque l’on a trois Oursons qui se marre lorsque vous faites une légère flatulence sur le dit WC. Quand ça presse, et que quelqu’un est déjà dans son bain, ben pas le choix, faut y aller. Quand Maman souhaite se détendre d’une grosse journée dans un bon bain moussant, j’attends toujours qu’il est 21h30 passé en croisant les doigts que les gamins n’ont pas une envie pressante…

Alors quand on a une toute petite salle de bain comme la mienne, l’idée du zéro déchet est une bénédiction. Comment gagner un peu de place et aussi d’argent dans cette pièce qui reste pour beaucoup une pièce très polluante…

J’ai découvert le zéro déchet par un reportage sur les déodorants et ce fut par ce billet que j’ai démarré l’aventure. J’ai réalisé mon premier déo en pot et le reste a suivi tout naturellement. Chaque fois que j’étais sur le point de terminé un produit de ma salle de bain, je faisais des recherches sur comment le remplacer par quelque chose de moins nocif pour l’environnement et de moins encombrant pour mes poubelles.

Après le déo, ce fut le tour du dentifrice (le tuto est en préparation). Ensuite vint celui des disques démaquillants que je cousus moi-même en version disques lavables. Puis, j’ai supprimé presque totalement les cotons-tiges par des Oriculis. Je dis presque parce que Papa Ours aiment encore bien des coton-tiges que je trouve en version compostable (le coton-tige et l’emballage) chez Delhaize. Pour les savons et shampoings, je reste avec des pains de savons emballés dans du papier recyclable et le shampoing en fleur solide (bio mais malheureusement emballé dans du plastique, je cherche encore en vrac). Je viens de terminer mon flacon d’eau de rose pour me démaquiller et je suis passée à de l’huile botanique de chez Mylène dans un flacon en verre avec une pipette en verre également.

La poubelle a faim mais ne crie pas encore famine. Il me reste un très gros points sur lequel je dois agir et qui va demander du boulot et de la détermination. Je suis occupée de préparer mes serviettes hygiéniques lavables. Oui, oui… Vous avez bien lue. Ce fut un long processus de réflexion. Mais ça y est, je vais franchir le pas. J’ai découpé mes tissus, acheter mes boutons pressions et la couture va pouvoir démarrer. Jusqu’à maintenant, j’utilisais les serviettes hygiéniques jetables de la marque Natracare. Je n’ai pas essayer de les composter mais voilà, je voudrais tenter l’Ultime Niveau (on sent bien la geek de jeux vidéos ^^) !

Je vous entends déjà dans le fond de la classe me dire, plus de piscine, et patati et patata… Je n’y vais pas lorsque c’est la marée haute… Et pour avoir essayer la Cup en alternative des serviettes afin d’aller à la piscine durant la dite période… ben c’est comme les tampons, ça ne fonctionne pas pour moi. Après trois Oursons de 3kg800 chacun à la naissance la copine d’en bas, elle ne garde rien bien longtemps à l’intérieur (sauf Monsieur, mais restons correct ^^).

Donc, voilà, passer CE niveau ma poubelle devrait avoir sérieusement perdu du poids et mon porte-feuille aura je l’espère bien grossi. Si la réalisation se passe bien et que le test est concluant, on en reparlera Mesdames.

Mais voilà, je n’aimais pas ma salle de bain et grâce au zéro déchet, elle devient de plus en plus mon amie, ma toute petite salle de bain de hobbit.

En attendant, pas de pression, une petite chose à la fois et selon vos avis et vos capacités. Le pas le plus difficile c’est le premier ensuite on court très vite beaucoup plus loin. Et même, si on marche un peu plus lentement, le tout c’est de s’y mettre.

 

J’espère que ce « petit » article vous a motivé et au moins donné envie de tenter l’expérience du zéro déchet… N’hésitez pas, à commenter, poser des questions et à partager…

A bientôt mes petits loups et soyez heureux …

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 réactions au sujet de « Ma salle de bain zéro déchet. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *